Le rich commerce à l’assaut de l’iPad

Les applications de commerce en ligne sur l’iPad ne sont pas neuves (Votre showroom au bout des doigts avec les touchbooks), mais je commence à voir des choses tout à fait intéressantes sur le touchbook d’Apple. Jusqu’à présent, la plateforme de référence est iAd, qui permet de faire de très belles publicités interactives, notamment sur des magazines en linge comme Wired ou Project, mais le ticket d’entrée est très élevé (il me semble que c’est aux alentours de 50.000$, à confirmer).

Pour contourner ce problème de prix et proposer des fonctionnalités plus avancées, le mieux est encore de proposer votre propre application. C’est le cas par exemple de Subaru qui propose des applications pour iPad : Subaru taps iPad interface to promote 2011 vehicles. La marque japonaise propose ainsi des applications pour trois de ses modèles (Outback, Forester et WRX/STI) qui reprennent les contenus de son site web.

On retrouve ainsi dans ces applications des visites guidées avec vidéos :

Visite guidée interactive de votre Subaru sur iPad

De même qu’un démonstrateur intérieur pour les différents niveaux de finition :

Choix du niveau de finition intérieur de votre Subaru sur iPad

Ainsi qu’un teintier extérieur avec vue à 360° :

Choisissez la couleur de votre Subaru sur votre iPad

Rien de très révolutionnaire, car nous sommes dans les « standards » de ce que proposent les constructeurs habituellement. Par contre, la possibilité de visionner les vidéos et manipuler le véhicule sur un écran tactile semble bien plaire aux utilisateurs : Rich media ads on iPad outperforming iOS, Android devices. Une étude de Medialets annonce ainsi un taux d’engagement de 12,5% pour les bannières enrichies (avec un pic à 26% pour le secteur automobile).

C’est donc une très bonne nouvelle pour les annonceurs qui peuvent trouver dans l’iPad (et les touchbooks en général) des supports très efficaces pour valoriser leurs produits. L’absence de Flash sur l’iPad complique par contre la portabilité des contenus car il faut tout recréer avec l’éditeur iAd Producer ou avec le langage natif d’iOS (Objective C).

Mais ce n’est pas non plus une fatalité, car certains plugins sont autorisés sur la tablette d’Apple dont les très intéressant Cooliris qui permet d’améliorer le rendu des murs d’images et de la 3D. Cet éditeur propose ainsi son programme Immersive Ads en partenariat avec la régie InMobi qui permet de faire des bannières 3D très impressionnantes :

De même, ils proposent également la solution Decks pour repackager un catalogue dans une version adaptée aux spécificités de l’iPad (déjà utilisé par Groupon et Zappos) :

Une nouvelle expérience de commerce électronique tactile avec Decks sur iPad

Certes, le marché est encore très réduit (un peu plus de 500.000 iPads vendus en France), mais il concerne des clients à fort pouvoir d’achat (tout comme l’iPhone à ses débuts). De plus, l’important n’est pas forcément d’être présent sur l’iPad, mais plutôt d’acquérir de l’expérience sur la meilleure façon de valoriser vos produits au travers d’une interface tactile. Une fois cette expérience acquise, vous pourrez partir à la conquête des autres touchbooks et notamment des tablets low-cost propulsées par Android qui arriveront d’ici la fin de l’année (et qui permettront d’afficher des contenus Flash).

4 commentaires pour “Le rich commerce à l’assaut de l’iPad”

  1. Posté par Barbe a dit : le

    Excellent article mais attention aux infos communiquées sur Flash qui selon vous va se généraliser sur Androïd ; la lecture confortable de FLASH est, et restera pour le moment, un problème sur tous les supports mobiles, même avec Androïd !!

  2. Posté par Les tweets de Connected Store : la Fnac va entrer dans l’ère des magasins connectés, … | Connected Store a dit : le

    […] rich commerce à l’assaut de l’iPad http://bit.ly/psVHgF “l’important n’est pas forcément d’être présent sur l’iPad, mais plutôt […]

  3. Posté par Yann a dit : le

    Je réagis – tardivement – au commentaire de Barbe, la lecture confortable de Flash est désormais bien une réalité sur Android, mais réservée à quelques devices seulement pour le moment – comme le Galaxy S2 pour les smartphones.
    En fait, le problème n’est pas la lecture du flash sur les supports tactiles, mais l’adaptation des applications flash sur ces supports. Ca n’est pas la même chose, et c’est un problème commun à toutes les technos web actuelles.
    …my 2 cents

  4. Posté par RichCommerce.fr > Pourquoi la rivalité entre HTML5 et Flash ne rime à rien a dit : le

    […] la scène 3D dans une application distribuée via l’App Store comme il en existe déjà (Le rich commerce à l’assaut de l’iPad). Est-ce que le transformation serait plus élevé avec une application HTML5 plutôt que Flash ? […]